RSS

Revue de Presse…

23 Oct
 

Paul Le Guen abat la carte jeune

 

Après l’entraînement au camp des Loges mardi matin, on devine que l’entraîneur Paul le Guen devrait aligner une équipe très remaniée face à Schalke 04 en Allemagne (Gelsenkirchen), jeudi soir en Coupe de l’UEFA. 

Une équipe qui devrait probablement  ressembler à celle-ci :  

Dans les buts : Landreau

En défense : Mulumbu, Mabiala, Traoré, Armand

Au milieu : Ngoyi, Clément, Sankharé

A l’avant : Chantôme, Kezman, Arnaud.

Cette formation inédite, en 4-3-3 susceptible de se transformer en 4-5-1, verrait donc le retour de la "jeune génération" que Le Guen avait voulu mettre aux commandes la saison dernière, alors que le club végétait en queue de classement. En attaque, Loris Arnaud, buteur face à Lorient samedi, et Clément Chantôme encadreraient le Serbe Kezman.

LES CHOIX de Paul Le Guen peuvent parfois paraître déroutants. Ils découlent néanmoins d’une logique réfléchie. Demain, à Gelsenkirchen, pour son premier match de poule de la Coupe de l’UEFA, le PSG va aligner une équipe de gamins. Mulumbu, Mabiala, Sankharé, Ngoyi et Arnaud auront la lourde tâche de défier l’une des plus grosses cylindrées de la Bundesliga.

Un cadeau empoisonné ? Peut-être… Mais pour l’entraîneur parisien, dans la perspective du choc face à l’OM, ce rajeunissement a plus d’avantages que d’inconvénients. Cela lui permet à la fois de maintenir tout le groupe sous pression et de préserver des habituels titulaires pour le Vélodrome.

« Je ne fais pas ce choix par rapport à Marseille, mais au regard de la succession des matchs à venir », corrige Le Guen, avant de jurer qu’il ne manque pas d’ambitions en Coupe de l’UEFA : « Je pense qu’on a vraiment les moyens de bien faire avec cette équipe. En faisant deux bons matchs contre Kayseri, on a montré qu’on ne galvaudait pas cette compétition. » Charles Villeneuve, qui n’a pas apprécié la prestation du match retour (0-0), n’abonde sans doute pas dans ce sens. Mais Le Guen s’en soucie peu. Pour lui, l’essentiel est ailleurs. « Aux jeunes de démontrer leur qualité et de prouver qu’on peut faire appel à eux, poursuit-il. On aura l’ambition de gagner et de surprendre.
Même si les Allemands sont favoris, j’ai pas mal d’espoir. »

Rothen sur le banc

Pour la classe biberon, l’aventure est belle. Pour les autres, ce n’est pas forcément facile à digérer. Jérôme Rothen aura la chance de voir l’impressionnante Veltins Arena… du banc de touche. Samedi, après Lorient, il disait ceci : « Moi, j’ai très envie de jouer la Coupe d’Europe et je me sens capable d’enchaîner. » Ce matin au camp des Loges, l’entraîneur parlera à ceux qui restent à Paris pour défendre son choix. « Je veux m’appuyer sur un état d’esprit et un groupe irréprochable dit-il. Ceux qui sont frustrés de ne pas venir à Schalke doivent se projeter sur le match suivant. Je compte sur leur bon sens. Ça ne plaît pas à tous, mais ce sont des décisions réfléchies. »


Loris Arnaud : « C’est un sacré défi »

L’EXCITATION s’entend dans sa voix. Ce soir, Loris Arnaud, 21 ans, fait ses premiers pas sur la scène européenne. Une lourde responsabilité pour ce jeune attaquant ; ainsi que pour les joueurs comme Ngoyi et Sankharé, eux aussi titulaires alors que leur temps de jeu cette saison est proche du néant.

Quel sentiment domine, le stress ou l’excitation ?

Pour l’instant, c’est surtout la joie. C’est la première fois cette saison que je suis titularisé. Et ce n’est pas n’importe quel match ! La pression, elle viendra après, lorsque le coup d’envoi sera proche.

Vous attendiez-vous à être titulaire ?

Je savais que l’entraîneur voulait faire tourner l’effectif. Mais personne ne pensait qu’il titulariserait tous les jeunes. Cela nous fait un peu penser au match à Valenciennes la saison dernière (NDLR : 0-0 ; Le Guen laisse les cadres sur le banc et lance les jeunes). A la seule différence que, là, on joue en Coupe d’Europe. C’est un sacré défi. C’est sur ce genre de rencontres qu’on sera évalués.

Quel bilan dressez-vous de votre début de saison ?

Je n’ai disputé qu’une vingtaine de minutes. Mais j’ai marqué un but (NDLR : contre Lorient, victoire 3-2 samedi dernier). L’entraîneur m’a fait confiance, et j’ai répondu présent.

« Je ferai le point en décembre »


Avec les arrivées de Hoarau puis de Kezman et le retour de Pancrate, vous jouez beaucoup moins que la saison dernière. Etes-vous frustré ?

Je me suis demandé si je devais continuer au PSG. Mais l’entraîneur m’a fait comprendre qu’il comptait sur moi. A moi de saisir ma chance.

Votre copain Yannick Boliafait un autre choix, celui de partir au Havre…

Je le comprends. L’année dernière, il n’a pas beaucoup joué. Cette saison, encore moins. Or il en a besoin. Moi, je ferai le point sur ma situation en décembre, en fonction de mon temps de jeu.

Comment réagissez-vous quand vous entendez dire que votre entraîneur est sur la sellette ?

Paul Le Guen est l’entraîneur du PSG. C’est lui qui décide et c’est auprès de lui que je dois faire mes preuves. Le reste ne m’intéresse pas.

Etes-vous d’accord avec votre président lorsqu’il déclare que le PSG ne produit pas du beau jeu ?

Je peux comprendre les critiques. On sort d’une année difficile ; on a peut-être encore du mal à se trouver. Mais on monte en puissance.


La classe biberon du PSG peut craindre le pire

UNE EQUIPE de CFA joue ce soir un match européen dans l’un des plus beaux stades du monde. On exagère ? A peine… La classe biberon du PSG, encadrée par Landreau, Traoré, Armand et Kezman, défie Schalke 04, quart-de-finaliste de la dernière Ligue des champions et troisième de Bundelisga à l’issue de la saison 2007-2008. Le combat paraît d’autant plus inégal que la rencontre, 1 r e journée de la phase de poules, se déroulera devant près de 50 000 spectateurs acquis à la cause de leur équipe (1 200 supporteurs parisiens ont quand même fait le déplacement), dans l’imposante et ultramoderne Veltins Arena.

Mabiala, Ngoyi, Arnaud, Mulumbu et Sankharé (certains n’ont pas encore 20 ans) risquent d’être impressionnés. A moins que leur insouciance ne nous réserve une sacrée surprise. C’est le pari de Paul Le Guen. Insensé ? Quand on voit les noms des joueurs alignés dans le camp adverse, on peut le penser. « C’est une équipe de Ligue des champions, reconnaît le défenseur parisien Sammy Traoré. Ils sont habitués à cette compétition. Ils ont de fort beaux gabarits, ça va se rentrer dedans, à nous de répondre présent. On ne vient pas en victimes, mais pour faire un résultat. »

Le Guen a plus à perdre que ses joueurs

Paul Le Guen pouvait-il faire autrement ? Giuly est encore trop juste ; Makelele ne peut pas jouer tous les trois jours ; Sessegnon, Ceará,Camara ou Hoarau ont besoin de souffler avant d’enchaîner trois matchs de championnat en une semaine, à commencer par le choc à Marseille dimanche soir. Tous sont donc restés à Paris.

«Schalke est logiquement favori compte tenu de la puissance de son effectif, admet Le Guen. Mais j’ai pas mal d’espoir car beaucoup de joueurs ont des choses à prouver, on a l’ambition de gagner et de surprendre. » Pour l’effet de surprise, c’est raté. Hier après-midi lors de sa conférence de presse, les journalistes ont appris à Fred Rutten, l’entraîneur de Schalke, que Le Guen envoyait des bleus au combat. « Ah bon ? Merci pour le tuyau, je ne le savais pas, je n’avais analysé que leurs deux derniers matchs de championnat. » Dans les faits, cela ne changera rien. Même s’ils se cherchent un peu en ce moment (6 e s de Bundesliga), les Allemands ont suffisamment de certitudes pour dominer une équipe d’inconnus. Face à la meilleure défense d’Allemagne, la jeune garde parisienne est davantage promise à l’enfer qu’au paradis. Et même si la Coupe de l’UEFA n’est pas un objectif majeur pour le PSG, une déroute pourrait être un nouvel élément à charge retenu par les dirigeants parisiens contre Paul Le Guen. Une bonne prestation en revanche augmenterait son crédit et prouverait qu’il gère au mieux un effectif trop léger pour briller sur la scène européenne. Sur ce match, l’entraîneur parisien a sans doute plus à perdre que ses jeunes joueurs.

LE CHIFFRE
24

C’est la moyenne d’âge des Parisiens qui affronteront ce soir les Allemands de Schalke. Sur les onze titulaires, six d’entre eux ont en effet 21 ans ou moins. Il s’agit de Mabiala, Mulumbu, Arnaud, Chantôme, Ngoyi et Sankharé. Ce dernier étant le plus jeune (19 ans). Le plus ancien est Sammy Traoré (32 ans) tandis que Kezman et Landreau ont soufflé au printemps dernier leurs 29 bougies.

(source : Le Parisien)
 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 23 octobre 2008 dans ACTUALITE-RESULTATS-NEWS

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :