RSS

Le Saviez-Vous ?

15 Fév
 

La Gazette des Titis

  "Anelka l’indispensable…"

 

Moribond en Premier League, Chelsea a relevé la tête samedi en s’imposant face à Watford (3-1), en huitièmes de finale de la FA Cup. Alors qu’ils étaient menés par le club de seconde division, suite à l’ouverture du score de Priskin (69e), les hommes de Guus Hiddink, qui faisait sa première apparition sur le banc, ont fait la différence en fin de match grâce à un triplé d’Anelka (75e, 77e et 90e).


 

MAMADOU SAKHO, auteur du premier but de sa carrière 

 

– Décidément, tout lui réussit. Le jeune Mamadou Sakho, qui, depuis son retour dans le onze type, n’a pas failli à sa mission en défense centrale, s’est découvert hier soir une nouvelle qualité, celui de buteur. Le jeune homme, qui a fêté vendredi ses 19 ans, vient d’inscrire son tout premier but sous le maillot parisien.

A la 26 e minute, sur un corner de Rothen et après une première tentative de Camara, Sakho, libre de tout marquage, surgit et trompe Janot de la tête. Un exploit fêté dignement par ses coéquipiers. Le jeune défenseur central se précipite dans les bras de Guillaume Hoarau et de Fabrice Pancrate. Le tout sous les applaudissements du Parc des Princes.
Ce matin, lorsqu’il consultera le site Internet qu’il vient tout juste de créer, Sakho découvrira certainement les nombreux messages de félicitations que lui adresseront ses fans. Et pour cause : le jeune défenseur central du PSG est bel et bien en train de devenir la nouvelle coqueluche du PSG.

La nouvelle icône du club

Il est déjà un des leaders en équipe de France Espoirs. Depuis un an, le joueur est régulièrement appelé chez les Bleus. Mercredi, il s’est ainsi rendu en Tunisie pour disputer un match amical (1-1). Titulaire indiscutable au détriment de Traoré Avec le PSG, le bilan est similaire. Le jeune homme a fait toutes ses classes au centre de formation du club de la capitale, gravissant un à un les échelons qui l’ont amené à intégrer sous Guy Lacombe, l’équipe professionnelle.
Cette saison, alors qu’une place de titulaire lui est offerte dès août, le garçon doit quitter le groupe pendant deux mois pour se faire opérer d’une pubalgie. Son retour dans l’équipe type n’est pas acquis. Celui dont le look interpelle, préfère rester dans l’ombre, travaillant, s’imprégnant des conseils et de l’expérience de Peguy Luyindula et de Fabrice Pancrate, deux joueurs dont il est très proche.
Finalement, début janvier, lors de PSG-Sochaux (2-1), Paul Le Guen le titularise. Depuis, il a occupé son poste avec succès au point de devenir aujourd’hui un titulaire indiscutable au détriment de Sammy Traoré. Une preuve également que le centre de formation du PSG ne connaît pas que des ratés. Le club a fait de Mamadou Sakho sa nouvelle icône, espérant à terme en tirer le meilleur profit. Le joueur vient d’ailleurs d’être prolongé jusqu’en 2012.

 "C’est beau, je n’en reviens pas. J’ai fêté mes 19 ans vendredi et, le lendemain, je marque mon premier but en Ligue 1. Sur mon site internet, j’ai reçu beaucoup de messages de soutien me disant que cela serait bien que je marque pour fêter mon anniversaire. Je n’y croyais vraiment pas et pourtant cela s’est réalisé ce soir. Ce n’est pas le but de l’année, mais un but c’est un but !"

 

« Je ne veux pas passer pour un mec prétentieux »

 

Mamadou Sakho disputait hier un match amical avec l’équipe de France Espoirs face à la Tunisie (1-1). Cette semaine, il avait aussi coché un autre rendez-vous dans son agenda : le défenseur parisien ouvre ce matin son propre site Internet (Mamadousakho.fr). Un projet qu’il a préparé pendant trois ans.

Pourquoi teniez-vous à avoir votre propre site ?
Mamadou Sakho.
J’aime bien l’idée de posséder mon petit truc à moi pour parler aux gens.

Là, je pourrais vraiment maîtriser mon discours. Par exemple, quand on a raconté, il y a quelques semaines, que la Juventus Turin voulait m’enrôler, j’aurais voulu avoir mon mot à dire. Si mon site avait existé à ce moment-là, c’est là que j’aurais parlé.

Etes-vous certain que le public ira prendre de vos nouvelles sur votre site ?

J’ai conscience d’avoir un parcours atypique qui intéresse des gens qui ne lisent pas forcément les journaux. Quand j’étais petit, j’aurais adoré aller sur le site de joueurs de foot pour gagner quelque chose. Alors, sur le mien, je ferai gagner un maillot dédicacé par mois. Parce qu’il y a forcément des gamins qui ont aujourd’hui les mêmes rêves que moi.

Mais en quoi votre parcours est-il atypique ?
Je ne veux faire pleurer personne mais on ne m’a rien donné. Mon enfance n’a pas été rose. Tout ce que j’ai aujourd’hui, je l’ai pris seul. Après le décès de mon père quand j’avais 13 ans, devenir footballeur professionnel n’était plus un rêve, mais une obligation. Je devais aider les miens.

En quoi est-ce si important de maîtriser votre image ?
En fait, j’ai une obsession absolue : je ne veux pas passer pour un mec prétentieux. Sincèrement, j’ai encore des millions de choses à apprendre. J’ai des ambitions fortes mais je trouve idiot de les claironner. Je sais que ça peut gêner. Alors j’assume mais je préfère passer pour un faux modeste que pour un vrai prétentieux.

En même temps, votre look n’est pas très discret…
(Sourires.) Je sais et je l’assume aussi. C’est ma personnalité depuis toujours que d’avoir des coiffures très voyantes. C’est du Sakho et c’est comme ça. Ça m’amuse d’avoir la coiffure de Djibril Cissé mais je préfère parler comme Zidane. Lui, c’est un modèle : il n’a jamais eu un mot plus haut qu’un autre pendant toute sa carrière. C’est fabuleux.

Samedi, le PSG, deuxième exaequo, reçoit Saint-Etienne. Paris peut-il viser le titre ?
Ce serait idiot de s’emballer. Sincèrement, il faut continuer de viser une place dans les cinq premiers. Ensuite, concernant le titre, il y a une ambition collective qui va se créer. Mais, pour cette saison, il ne faut pas parler de ça. C’est trop tôt.

Avez-vous l’impression de devenir, peu à peu, un des cadres de l’équipe ?
Absolument pas. Je suis toujours le même. Je regarde et j’apprends. Il y a pas mal de joueurs qui me conseillent dans l’équipe. Evidemment, il y a Sammy (Traoré) , le grand frère pour les jeunes, Claude (Makelele) et Ludo (Giuly) . Mais il y en a deux autres avec qui j’échange beaucoup : Peguy (Luyindula) qui me raconte tout son vécu, et surtout Fabrice (Pancrate) . Lui, c’est vraiment un bon copain. Il a connu plein de choses dans sa carrière. Et je vous le répète, j’ai vraiment beaucoup à apprendre.

 

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 15 février 2009 dans ACTUALITE-RESULTATS-NEWS

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :