RSS

Revue de Presse…

14 Mar
 
Le PSG cohérent
 
PSG ( B ) – RENNES ( B ) (1-1), aujourd’hui (15 heures), camp des Loges à Saint-Germain. Arbitre : M. F. Batta.
PSG : (parmi) Véron, Chantelin – Diakhaby, Salvador, Rimane, K. Reuzeau, Rangoly – Barrada, Buon, Rousseau, Diogo, Antonius – N’Koum, Bolongo, Charbonnier, Bivard. Entr. : B. Reuzeau.
Entre le choc face à l’OM de l’équipe fanion (L 1) et le déplacement des 18 Ans en Gambardella à Lille, le staff du PSG a essayé d’aligner, face à Rennes, la formation la plus cohérente. « Avec cinq 18 ans, on présente, malgré tout, une équipe homogène », livre Bertrand Reuzeau, dont les hommes n’ont perdu qu’une fois cette saison à la maison. Remis d’une douleur à un genou, Diakhaby tiendra sa place.
 
Le Parisien – 14/03/09.
 

 

Cana : « Je me voyais capitaine du PSG

 

 

Au café de France, sur le port de Cassis, Lorik Cana a ses habitudes. Casquette sur la tête et lunettes de soleil, l’ancien milieu de terrain parisien se livre avant le clasico PSG – Marseille, demain. Il revient sur sa blessure et sur son rôle de leader au sein de l’équipe olympienne.

Vous allez disputer un match capital demain dans la course au titre. Qui est votre favori ?
Lorik Cana.
Lyon.Après, il y a trois équipes qui seront à la lutte pour viser cette place : Marseille, Paris et Bordeaux. Il reste onze matchs, c’est beaucoup.

Marseille est irrégulier cette saison. Vous sentez-vous, malgré tout, capable d’être champion ?
Avec nous, ça passe ou ça casse. On a des fulgurances, mais on peut montrer pas mal de carences. Malgré cela, on est proches de la tête. J’ai de l’espoir pour le sprint final car on est enfin tous ensemble. Nos blessés et nos leaders sont revenus. On est les mieux armés pour embêter Lyon.

Vous avez été absent deux mois pour une inflammation d’un genou. C’était votre première longue blessure…
J’ai payé pour avoir trop joué. Depuis six saisons, j’ai enchaîné presque tous les matchs (championnat, sélection et coupes) sans m’arrêter. J’ai parfois forcé. Je voulais tellement apporter que je n’ai pas su dire non. Ça a commencé au PSG. Mais aujourd’hui, j’ai retrouvé de bonnes sensations, même si c’est un peu plus dur de récupérer.

Vous dites veiller à ce que les choses aillent bien dans le groupe marseillais. Comment avez-vous géré le cas Ben Arfa ?
Je m’entends bien avec lui, on discute souvent. Dans un groupe, chacun est plus intéressé par sa performance individuelle et ce qu’il gagne. Mais l’individu doit comprendre qu’il ne réussira pas sans le groupe. C’est ce que j’ai expliqué à Hatem. Il peut m’apporter beaucoup, mais, en ne faisant pas ce qu’il faut, il me pénalise aussi. Il peut m’aider à gagner et vice-versa.

Avez-vous toujours eu la fibre d’un leader ?
J’étais déjà comme ça en équipe de jeunes à Paris. Je me voyais capitaine du PSG. Je savais qu’à Marseille je prendrais un jour le leadership. Au fil du temps, j’ai appris à mieux connaître l’OM et ses salariés. J’incarne la confiance du club et des joueurs. Cela s’est fait sans forcer.

Mais serez-vous encore à l’OM la saison prochaine ?
Je suis sous contrat jusqu’en 2012. Je n’appréhende pas ce moment, ça dépendra des propositions. Je ne ferai pas toute ma carrière à Marseille car je veux découvrir l’étranger, l’Angleterre ou l’Allemagne. J’aurai 26 ans en juillet, donc je ne suis pas pressé non plus. Un départ n’est pas impératif. Ici, je suis chez moi. J’ai vécu de belles saisons à l’OM, mais il me manque un titre.

 

Le Parisien – 14/03/09.


 

Mulumbu mauvais payeur

Prêté à West Bromwich (L 1 anglaise) au mois de décembre, Youssouf Mulumbu (22 ans) a quitté la France en oubliant de régler quelques factures… Locataire d’un appartement de 60 m 2 à Poissy (Yvelines), il n’a pas payé son loyer de 884 € depuis plusieurs mois. En décembre, l’agence immobilière qui gère ce bien a porté plainte et le tribunal de Poissy l’a condamné à payer 3 890 €.

Malgré cette décision de justice, Mulumbu n’a pas donné signe de vie. Ses dettes s’élèveraient aujourd’hui à près de 9 000 €. Les propriétaires ont mandaté un huissier pour mettre en place une procédure d’expulsion, car le frère et un ami du joueur se sont installés dans le deux-pièces. Joint hier soir au téléphone, Mulumbu tombe des nues : « Il s’agit d’un regrettable malentendu avec ma banque ; dès demain (aujourd’hui), je vais régulariser la situation. »

 
Le Parisien – 13/03/09.
 
 
Publicités
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :